Horloge squelettre aux épagneuls, Lepaute à Paris

(Epoque Louis XVI)

Prix sur demande

Nous contacter

Superbe pendule squelette à quatre cadrans, marbre blanc et magnifique bronzes dorés. Le cadran principal émaillé est entouré de rayons de soleil en bronze doré, il présente de chiffres arabes noires pour les heures, les quarts d’heure et des chiffres en rouges indiquent les jours du mois. Plusieurs aiguilles finement ciselées. Les trois autres cadrans forment un triangle avec à la base un cadran emmaillé blanc indiquant les mois de l’année et l’autre les jours de la semaine. Tous deux ont une étoile en bronze au centre. Le cadran supérieur présente les phases de lune. L’ensemble est soutenu par un couple d’épagneuls couchés sur une base en marbre blanc, elle-même ornée d’un drapé et de paniers fleuris. Cadran principale signé pour l’horloger Lepaute à Paris. Très bel état de conservation pour cet objet rare.

Dim : H 50cm x L 44cm

Epoque Louis XVI, vers 1780-1790. Signée Lepaute à Paris.

Lit : La signature « Lepaute Horloger du Roi » à Paris correspond à la collaboration de deux frères, Jean-André Lepaute (1720-1789) et Jean-Baptiste Lepaute (1727-1802), tous deux nommés horlogers du Roi et qui connurent une carrière hors du commun. Jean-André, né at Thonne-la-Long in Lorraine, vint à Paris en tant que jeune homme et fut rejoint par son frère en 1747. Leur entreprise, créée de fait en 1750, fut formellement fondée en 1758. Reçu maître par la corporation des horlogers en 1759, Jean-André fut d’abord logé au Palais du Luxembourg and ensuite, en 1756, aux Galeries du Louvre. Jean-André Lepaute a écrit un Traité d’Horlogerie, publié à Paris en 1755. Un petit volume, Description de plusieurs ouvrages d’horlogerie apparut en 1764. En 1748 il épousa la mathématicienne et l’astronome Nicole-Reine Etable de la Brière, qui prédit, entre autres, le retour de la comète Halley. Jean-Baptiste Lepaute, reçu maître en décembre 1776, fut connu pour l’horloge à équation du temps qu’il construisit pour l’Hôtel de ville de Paris (1780, détruite par l’incendie de 1871) et celle de l’Hôtel des Invalides. Ils travaillèrent notamment, en France, pour le Garde-Meuble de la Couronne et les plus grands amateurs de l’époque, à l’étranger, pour le prince Charles de Lorraine et la reine Louise-Ulrique de Suède. Jean-Baptiste reprit la direction de l’atelier lors de la retraite de son frère Jean-André en 1775. Ils travaillèrent déjà avec leurs neveux Pierre Henri et Pierre-Basile (dit Sully-Lepaute (1750-1843). Ce dernier reprit la société familiale en 1789. Vers la fin du XVIIIe siècle, il fonde avec son neveu, Jean-Joseph Lepaute, une nouvelle société qui dure jusqu’en 1811.

Nous contacter