« Festin de Balthazar » , atelier Frans Francken II (1581-1642)

(Huile sur cuivre)

9.000

En stock

Cette magnifique scène de fête est une représentation du « Festin de Balthazar », directement inspirée du tableau de Rembrandt (National Gallery, Londres), lui-même inspiré par le récit biblique du Livre de Daniel. On y voit le roi Balthazar déchiffrant sur un mur une inscription mystérieuse qui commence par ces mots : Mene tekel…

Ici l’inscription apparait en haut au centre, entre les nuages et pointé d’un doigt divin. Mene tekel ou, selon la formulation complète, mene, mene, tekel, upharsin ou Mané, Thécel, Pharès (en hébreu : מנא מנא תקל ופרסין), est une inscription qui apparaît sur un mur dans le chapitre 5 du Livre de Daniel, lors du festin de Balthazar. Cet écrit d’origine surnaturelle prédit la chute de Babylone, connue pour sa décadence extravagante, son paganisme dépravé et son impérialisme profanateur. Six siècles avant J-C., le roi de Babylone Balthazar a organisé un festin pour les nobles de sa cour, en présence de ses femmes et de ses concubines. Tout en jouissant du luxe de la table, ils louent les idoles : « Dieux d’or, d’argent, de bronze, de fer, de bois et de pierre. » La précieuse vaisselle qu’ils utilisent a été volée dans le temple de Jérusalem par Nabuchodonosor II, le père de Balthazar : en buvant du vin dans ces vases sacrés, les invités blasphèment le Dieu des juifs. Alors que la fête bat ainsi son plein, une nuée apparaît. Une main en sort qui se met à tracer une curieuse inscription. Le roi est bouleversé par le prodige qui le laisse inquiet. Seulement, il ne comprend pas le sens des lettres hébraïques codées. Il fait alors venir Daniel (celui qui prit la défense de Suzanne contre les vieillards). Le prophète lui révèle le sens de l’épigraphe « Mané Thécel Pharès », « Compté, pesé, divisé », ou « M nê, m nê tgêl ûpharsin » : « Tu as été pesé et tu ne fais pas le poids, tes biens seront partagés. » Le roi Balthazar meurt le soir même.

Huile sur cuivre, attribué à l’atelier de Frans FRANCKEN II (1581-1642). Excellent état.

Dimensions : H 32cm x L 25cm – H 46cm x L 38 cm

Lit : Frans Francken II (1581-1642), dit le Jeune fait partie d’une famille de peintre à Anvers. Il est le 4ème fils, et le plus réputé de Frans Francken I dont il fut l’élève ; il est difficile de différencier leurs contributions respectives, car leurs styles sont très proches. Sa production comprend essentiellement des tableaux traitant de sujets mythologiques ou allégoriques et de scènes historiques et religieuses. Il peint aussi des paysages et des natures mortes, toujours réalisés selon une technique très raffinée qui rencontre un grand succès auprès des collectionneurs.

Cette iconographie a connu un grand succès après le tableau de Rembrandt (1635), Frans Francken I et son fils Frans Francken II ont produit plusieurs versions comme celle conservée au Musée de la Ville de Poitiers.

En stock

Nous contacter