Vase monumental aux fleurs et anges, Baudour (Mons)

1842-1848

6.900

Rupture de stock

Exceptionnel vase monumental sur piédouche à anses en forme d’anges menaçant dans l’esprit du modèle de Sèvres réalisé par le sculpteur Etienne Maurice Falconet. Scènes peintes sur le corps du vase, d’un côté une scène galante et de l’autre des anges musiciens flottant dans les nuages. Magnifique branchages et fleurs en relief à la façon de la manufacture de Meissen. Grande qualité des ors. Marqué à l’écusson dans le col du vase. Un fêle peu visible.

Dimensions : Hauteur : 80 cm – diamètre de la base : 35 cm

Manufacture de François-Joseph Declercq à Baudour (Mons), Belgique.

Ce vase exceptionnel est une œuvre rare pour la manufacture de Baudour, elle est sans doute une œuvre de maitrise présentée lors d’un événement majeur pour mettre en lumière le savoir-faire de la manufacture.

Lit : Sur le territoire de la commune de Baudour, située près de Mons, plusieurs manufactures de céramique ont vu le jour au cours du 19e et au 20e siècle.

François-Joseph Declercq, natif de Givry et fils d’un bourrelier, et son épouse Eugénie Lazarus, achètent le 31 août 1842 des bâtiments d’une ancienne fabrique de poteries qui était située Rue d’Herchies à Baudour. La tradition rapporte qu’il aurait travaillé à Meissen et à Sèvres et qu’il aurait eu le projet de créer sa propre manufacture.

L’année suivante, il crée une entreprise en réussissant à intéresser des investisseurs : Declercq et Cie dont il devient le Directeur gérant, en apportant dans l’affaire le bâtiment et le matériel nécessaire à la production.

En 1845, Declerq s’associe avec Nicolas De Fuisseaux, avocat de Mons. La nouvelle société Declerq et Compagnie ne concerne pas seulement l’usine Badour mais aussi le commerce de céramique et cristal, que les époux Declerq possèdent à Mons. La production Declercq connaît un certain succès, elle remporte ses premières médailles aux concours nationaux et concerne surtout des vases à fleurs, des services à café et à thé et des statuettes.

Declercq peut compter sur du personnel qualifié venu en partie de Saxes et de Sèvres. Nommons Ernest-Philippe La Vallée, médaillé en 1847 qu’il avait connu à la manufacture de L’Estroppe (Hal). C’est aussi en 1847 que Baudour remporte une médaille de vermeil à l’Exposition de l’Industrie Belge. En 1850, le peintre Boulanger de Sèvres, sera occupé par Baudour.

On prend la décision d’étendre la surface des bâtiments et on procède à des innovations qui permettent l’utilisation de la houille pour la cuisson de la porcelaine.

En 1848, Nicolas De Fuisseaux dirige seul l’entreprise ; Declerq part pour Nimy y diriger la faïencerie. De Fuisseaux obtient des brevets pour la cuisson de l’or sur la porcelaine. Il crée une nouvelle société en 1857 : « La société Céramique Franco-Belge », qui prospère les années suivantes. La vente se fait notamment par un magasin de vente situé à Bruxelles.

Au décès de De Fuisseaux (novembre 1857), sa veuve reprend la tête de la manufacture. Elle s’entoure de professionnels de valeur : Adrien Chevalier, qui dirige l’atelier de peinture, Noël Dehoux et Michel Debacq. A partir de 1875, l’usine fabrique aussi des isolateurs électriques en porcelaine. Des commandes importantes de l’Etat français sont enregistrées. En 1881, Mme De Fuisseaux décède à son tour. Son fils cadet, Fernand, reprend la manufacture en rachetant la part de ses frères. En 1898, la raison sociale change et prend la forme : « Société Anonyme des Anciennes Usines de Fuisseaux ». La production est constituée d’articles courants de ménage, blancs et décorés. En 1912, Fernand de Fuisseaux meurt et son gendre, Charles Greyson, lui succède ; après la Première Guerre mondiale, la société est achetée par la Société des Pavillons qui regroupent six usines de Porcelaine, de faïence ou de cristallerie et dont le siège est à Bruxelles. La production se maintient dans la tradition et on utilise les moules du début du siècle. En 1934, la société du Pavillon est absorbée par la société belge de céramique à la raison sociale CERABEL, dont le siège se trouve à Baudour et qui malgré la crise est une entreprise prospère.

Rupture de stock

Nous contacter